Apprendre l’anglais gratuitement

De nombreuses ressources de grande qualité et gratuites sont uniquement disponibles en anglais.
Il existe des formations concrètes et accessibles avec un niveau moyen, encore faut-il l’avoir.

Débuter

Si vous avez besoin d’apprendre ou de rafraîchir votre anglais, passez par Duolingo dans un premier temps. C’est un conseil d’ami.
C’est gratuit, plus efficace que l’éducation nationale.
Chomiste-land ne perçoit rien de ce site. Il s’agit simplement de vous faire connaître un bon outils.

 

Après la création de son compte, on peut suivre les « cours ». Le guide est un petit dialogue et le reste des exercices.

page d'accueil des leçons de Duolingo
Les exercices sont des traductions de l’anglais au français et inversement. On est confronté à du texte ou des enregistrements audios.
Si vous avez tout oublié, ça démarre doucement.

Exemple de dialogue pour débutants

Dans le grand bain

Une fois que vous aurez avancé, précipitez-vous sur YouTube. Choisissez une chaîne YouTube et n’écoutez que celle-là tant que vous ne comprenez rien.
Au bout d’un moment, le temps de s’habituer à l’accent et à la diction de la personne, tout s’éclaire. Évitez de changer de chaîne trop souvent au début. Les sous-titres sont possibles en français et en anglais.

Voici deux chaînes : une pour découvrir comment appréhender vos entretiens d’embauche et une autre divertissante.

Madeline Mann donne des conseils pour la recherche d’emploi, les entretiens d’embauche. Elle a travaillé dans les ressources humaines. Sa chaîne est pleine de pépites.

Living big in a tiny house est la chaîne d’un néo-zélandais. Chaque vidéo présente une petite maison. Tous les épisodes sont sur le même modèle, on retrouve des mots et des expressions identiques ou similaires.

Vendre chez les autres

Certains mangent chez les autres.
Quand on est invité, on ne choisit pas ce qu’on mange… ou alors on est au restau et c’est plus cher.

Certains donnent leur temps de loisirs aux médias.
… et les médias vendent le temps de cerveau des spectateurs et récoltent les gains.

Certains vendent leurs produits et leurs services chez les autres.
… et les autres prennent leur part des gains.

Avez-vous remarqué le nombre de sites marchands qui vous proposent de vendre vos produits ou vos services par leur intermédiaire ?les market-places prennent des commissions

 

Apprendre à taper avec ses dix doigts

Lorsqu’on a un peu de temps et qu’on a la flemme d’apprendre des trucs utiles mais compliqués, on peut apprendre à taper sur son clavier comme un pro. C’est reposant et ça détend.

Après avoir passé presqu’une semaine sur le site typing.com, je vois clairement la différence. C’est un site gratuit anglophone et donc pas complètement adapté pour nous. N’empêche que c’est clairement plus simple et plus efficace que ce qu’on croise sur le web francophone !

Comment en profiter ?

Pas besoin de s’inscrire, il suffit d’aller sur « typing lessons ».

On peut choisir comme langue anglais, espagnol ou portugais et surtout un clavier AZERTY

 

Même sans créer de compte, le site gardait en mémoire mon avancement.

On ne commence pas bêtement par QSDF JKLM. Après F et J, la méthode dès la deuxième série d’exercices permet de s’entraîner sur les touches U, R et K. On ne s’ennuie pas.

Progression des touches du clavier

 

Au lieu de s’entraîner sur des mots anglais au niveau intermédiaire, on peut choisir de l’espagnol ou du portugais. En anglais, les combinaisons de lettres fréquentes sont « th » ou « wh »… C’est bon pour se muscler les doigts.

A vous de jouer !

Comment collecter des dons en bitcoin ?

Vous devez fournir une adresse ou un QR code pour recevoir des fonds.

Voici une adresse qui permet à Chomiste-land de recevoir des dons : bc1q828uk5rz8yu6ve08taxpdha0l3uf4l8fk5r4tz.

Le QR code correspondant à cette adresse se trouve ci-dessous.

Pour créer une adresse, installez un wallet (portefeuille) sur votre téléphone ou ordinateur.

Le wallet est une application qui va vous permettre :

  • de générer des adresses pour recevoir des bitcoins
  • de payer (si votre portefeuille n’est pas vide…)

Le site bitcoin.org peut vous aider à choisir votre wallet. Il s’agit de non custodial wallet (un coffre-fort  à domicile).

Attention, il existe des wallets en ligne comme sur Binance.com, Kraken.com (custodial wallet) Vous pouvez leur faire confiance ou pas.

Collecter des dons ? Le business model des ONG

Les différents modèles présentés au fils des semaines avaient un point commun : le client. Chaque fois, il s’agissait de vendre de la marchandise ou un service ou les deux à un client.

On peut envisager un autre business model où il n’y a pas de client. Le système repose alors sur 3 acteurs : le bénéficiaire, le donateur et l’entreprise l’association.

  • Le bénéficiaire reçoit de la marchandise ou un service sans contrepartie financière ou autre.
  • Le donateur comme son nom l’indique fournit de la marchandise ou des fonds à l’entreprise l’association
  • La troisième entité qui est bien souvent une association ou une coopérative et non pas une entreprise apporte quelque chose au bénéficiaire avec l’aide matériel ou financière du donateur.

Les exemples de ce type ne manquent pas autour de vous :
Certains aident les pauvres, les enfants,  les animaux ou la santé des populations.

Vous noterez que si la réserve de pauvres, d’exclus, d’animaux à protéger se tarit : leur raison d’être s’éteint et leur business model s’effondre.
Il n’est pas de leur intérêt de s’attaquer aux vraies causes.
C’est pourquoi ces milieux sont gangrenés par l’idéologie. et les militants de tout poils.

Il est inutile de précise que certains œuvrent pour le bien commun c’est vrai. On en rencontre au bas de l’échelle bien souvent ceux qui ne veulent pas « monter » dans la hiérarchie mais dès qu’on monte ces « bons samaritains » en tirent un bon revenu et ne sont donc pas fiables. Les pires étant ceux qui font carrière dans l’humanitaire.

A chomiste-land formation, nous acceptons les dons en bitcoin dès aujourd’hui si vous ne savez pas vous en servir c’est l’occasion d’apprendre.

bc1q828uk5rz8yu6ve08taxpdha0l3uf4l8fk5r4tz

Comment répondre aux questions lors d’un entretien ?

Pour répondre aux questions lors d’un entretien d’embauche, voici une stratégie qui mérite qu’on s’y attarde.
Elle est proposée par Madeline Mann dans la vidéo plus bas.

La stratégie consiste à raconter des anecdotes, des vécus de ses précédentes expériences en réponse aux questions du recruteur.

Si les recruteurs posent des questions vagues par exemple « comment gérer-vous le stress ? »
Ils vont obtenir des réponses vagues des candidats.
Ils posent à la place des questions du style :
« Parlez-moi d’un moment où vous avez vécu une situation très stressante au travail ».
Ce sont les questions que les américains appellent « behavioral interview questions ».
Et là, vous devez raconter une anecdote, une expériences, une histoire.

Les bonnes histoires vont aider le recruteur à s’imaginer travailler avec vous.
Il va comprendre comment vous appréhendez les situations, les gens, le travail.

Se préparer à l’entretien :

Vous devez créer une boîte à outils d’histoires à raconter. Reprenez toutes vos expériences professionnelles, sportives etc. Listez ce qui peut vous mettre en valeur. Elles doivent mettre en valeur ce que vous voulez mettre en avant dans ce poste.

Quelques exemple d’histoires qu’on a tous vécu :

  • Dénouer une situation urgente, compliquée et comment et avec qui on a résolu le problème
  • Travailler avec un collègue difficile et comment on a essayé d’arranger la situation
  • Vivre un échec, faire une grosse bourde et comment on a corrigé
  • Vivre un conflit au travail
  • Coupure de téléphone, internet etc
  • Prendre une décision, responsabilité lorsque son supérieur est absent

Répondre pendant l’entretien :

La question posée va être inconnue.
Par exemple « Parlez-moi d’une fois où vous avez dû faire un commentaire sévère à un collègue »

Dans notre boîte à outils, on a forcément une histoire d’un échange qui fera l’affaire.
Par exemple, l’histoire avec le collègue difficile à qui on a un retour à faire.

Quand vous racontez l’histoire, utilisez la méthode PAR
P : le problème, le défi
A : votre action
R : le résultat

La vidéo en anglais qui explique tout ça est ci-dessous. (J’en ai retiré l’essentiel.)